logo kiwinance


Le sens du patrimoine - La Newsletter

Newsletter

L' inflation la grande faucheuse des temps modernes

14-6-2019

L' inflation la grande faucheuse des temps modernes

Tous les mois on nous rabache les oreilles avec le taux d’inflation, mais qu’est-ce exactement l’inflation ? Est-ce un bien? Est-ce un mal?

L’INSEE définit l’inflation comme
"la perte de pouvoir d’achat que subit une monnaie au fil du temps qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix".   (d'où le terme parfois utilisé d'érosion monétaire).

Cette perte de pouvoir d'achat se traduit en effet par une hausse durable et générale des prix. Pour l’évaluer on utilise un pourcentage intitulée le taux d'inflation, qui est la valeur d’augmentation des prix des biens de consommation et d’investissement sur une période déterminée, généralement un an. Ce taux va impacter la consommation des ménages.

L’inflation se distingue donc de la hausse du coût de la vie. En effet, la perte de valeur des unités monétaires affecte l’économie nationale dans son ensemble, sans discrimination entre les catégories d’agents.

1/ Les quatre facteurs de l’inflation .

Il existe quatre principaux facteurs à l’origine de l’inflation :

L’inflation par les coûts.

Le prix d’un produit peut être amené à augmenter lorsque son coût de fabrication s’accroît ou parce que les prix des produits qui le composent augmentent.

La hausse du prix de fabrication provient généralement d’une hausse des salaires,  du coût des matières premières  qui pèsera sur les coûts de production des entreprises. (Lorsque ces matières premières sont achetées à l’étranger, on parle d’inflation importée). L’inflation par les coûts peut conduire à une spirale inflationniste.

En effet, pour préserver leurs marges bénéficiaires, les entreprises sont incitées à augmenter leurs prix. Cette hausse des prix se répercute directement sur le niveau des salaires qui s’accroît à son tour. S’en suit ensuite une nouvelle hausse des prix…

L’inflation par la demande.

Ce type d’inflation est constaté lorsque la demande de produits ou de services augmente mais l’offre ne parvient pas à s’adapter à ce surcroît de demande.  Les entreprises augmentent les prix avant de  mettre en place des programmes d’investissement pour augmenter leur production. Tant que les quantités créées ne parviennent pas à s’adapter à la demande globale, la hausse des prix perdure.

Elles suivent généralement les politiques de relance budgétaires.

L’inflation importée.

La dépréciation d’une monnaie par rapport  à une autre grande devise  de facturation du commerce mondial comme l’Euro, le dollar ou la Livre Sterling, génère une hausse du prix des produits importés.

Par exemple, si l’euro se déprécie par rapport au dollar, le pétrole qui est facturé dans cette monnaie, sera plus cher pour les Européens. Cette inflation se répercutera sur l’ensemble des secteurs de l’économie et affectera essentiellement les entreprises et les ménages. Également le cas du Vénézuéla qui devait payer ses emprunts en monnaie US.

L’inflation par excès de masse monétaire.

L’inflation apparaît lorsque le stock de monnaie circulant dans l’économie est trop élevé par rapport à la quantité de biens et services offerts. Cet excès de masse monétaire créé par les banques commerciales ou par la banque centrale pour financer du déficit public est à l’origine de l’inflation. Cette dernière est donc alimentée par un excès de demande et la dépréciation du taux de change.

C’est ce qui est arrivé à la Grèce ou à l’Espagne qui ont été inondés de prêts européens pour leurs reconstructions. Qu’il a fallu un jour remboursé.

2/ Effet pervers de l’inflation.

Une inflation trop forte peut avoir des effets néfastes sur l’économie. Effectivement, cela génère une dégradation de la compétitivité-prix des produits fabriqués sur le territoire par rapport à ceux conçus à l’étranger. Il en résulte une baisse de l’activité pour les entreprises domestiques pouvant entraîner des réductions d’effectifs et donc une hausse du chômage.

Par ailleurs, une inflation élevée crée une incertitude quant au niveau futur des prix. Les entreprises se montrent alors prudentes en matière d’investissement, la rentabilité étant difficile à anticiper. Une inflation trop forte pénalise également les ménages qui subissent une perte de leur pouvoir d’achat. Ces derniers peuvent donc être amenés à réduire leur consommation pour maintenir leur niveau de vie actuel.

3/ Une inflation modérée a des effets positifs sur l’économie.

Par contre une inflation modérée permet d’avoir une approche positive de l’avenir. Une augmentation des salaires régulière, qui laisse entrevoir une capacité d’épargne plus importante et un sentiment d’enrichissement personnel.

Si sa résidence principale augmente en valeur on a l’impression d’être plus riche, on dit alors que l’épargnant s’enrichit en dormant, ce qui a fait la force de la France pendant « les trente Glorieuses ». Les propriétaires voyaient leurs maisons prendre de leurs valeurs alors qu’ils remboursaient des emprunts à taux fixes.

4/ Rôle des Banques centrales de LUTTE CONTRE L’INFLATION.

L’objectif des politiques monétaires menées par les grandes banques centrales est de maintenir une hausse régulière mais modérée du niveau général des prix. À ce titre, la Banque centrale européenne (BCE) se donne pour objectif de ramener à 2 % le taux d’inflation de la zone euro.

Un niveau modéré d’inflation a des effets bénéfiques sur les entreprises en favorisant la prise de décision d’investir mais aussi sur les ménages puisqu’il les incite à placer leur excédent de liquidités sur des comptes rémunérés, Assurance vie, LDD, PEL etc ou en achetant des titres de sociétés.

C’est ce que tente de faire nos dirigeants en manipulant les politiques monétaires en créant de la monnaie et les politiques budgétaires par des grands travaux.

Et le grand art de nos hommes politiques est d’être comme Hercule combattant l’hydre de Lerne, ne pas faire trop ou au trop peu pour ne pas tomber dans les effets inverses. Mais là c’est une autre histoire.

Billet boursorologique Achevé de rédiger par Jean-Pierre Lallemand le 14/06/2019.

Rédigé par : Jean-Pierre Lallemand pour www.kiwinance.com .


Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn