Dessine-moi un CGP. Conseiller en Gestion de Patrimoine.

Définir un CGP est simple pour le spécialiste ,mais assez  obscur pour le grand public. Car si nous, les CGP, nous considérons comme  différents au même titre que les peintures de Giuseppe Arcimboldo, la règlementation et obligations sur l’organisation de notre profession nous obligent à avoir une ligne de conduite identique.

Qu’est-ce qu’un Conseiller en gestion de patrimoine?

Le conseiller en gestion de patrimoine, aussi appelé CGP, est un expert patrimonial, qui peut intervenir sur plusieurs tableaux : épargne, crédit, retraite, immobilier, fiscalité, succession…) en fonction  des agréments qu’il détient: CIF (Conseil en Investissement Financier) COA (Courtier en Assurances ) COBSP (Courtier en Opérations de Banques et Services de Paiement) détenteur de la carte T (Agent Immobilier). Toutes ces spécialités répondent à une règlementation particulière. Nul ne peut exercer une de ces spécialités s’il n’a pas les agréments spécifiques.

Son rôle est de sélectionner les  meilleures solutions, qu’elles soient financières ou portant sur d’autres aspects patrimoniaux pour ses clients. Cette sélection se fait selon un processus bien établi fixé par son association professionnelle en fonction de la connaissance qu’il a de son client, de ses besoins, et au moment le plus opportun pour agir.

Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine.

Le Conseiller en Gestion de Patrimoine est avant tout UN CONSEILLER.

C’est également un confident.

Même si au début d’un entretien il a un discours commercial, les dimensions conseil et humain sont privilégiées. C’est d’abord un expert patrimonial qui va écouter son interlocuteur et lui  permettre de trouver les solutions qui correspondent à sa demande. Il peut soit proposer  de sécuriser son patrimoine personnel, soit trouver des solutions pour réorienter  son patrimoine ou bien en encore penser à des compléments de revenus pour  la retraite ou préparer sa succession

La dimension conseil est primordiale, le client se rend rapidement compte si le CGP s’intéresse à son interlocuteur ou ne vise que ses propres avantages commerciaux.

Le CGP est-il vraiment utile?

Qui sont les personnes concernées ? Ou est-ce un service pour tous ?

Le Conseiller en Gestion de Patrimoine  n’est pas réservé à une clientèle fortunée. Par contre chaque CGP a le profil client qui lui convient le mieux. J’ai l’habitude de dire , qu’on ne réagit pas de la même façon avec  un jeune salarié qu’avec un chef d’entreprise qui a vendu sa société, car les besoins ne sont pas les  mêmes.

Souvent les CGP se comparent à des médecins du patrimoine. Il y a des généralistes, des spécialistes et des hyper-spécialistes. Personne ne penserait déranger un chirurgien à cœur ouvert  pour un petit rhume,(à moins de se retrouver aux urgences d’un hôpital pour être réorienté.

Le CGP a ses spécialités, il travaille avec certains partenaires financiers et en raison de la somme des connaissances à acquérir, il ne s’intéresse très souvent qu’à une partie de la gestion de patrimoine . je ne veux que citer comme marchés différents, l’épargne privée et le Plan d’Epargne Entreprise, le Plan d’Epargne Retraite et la Prévoyance, le crédit relais et le crédit entreprise. Pour chacun de ces sujets le CGP doit avoir un partenaire différent. Mais il n’a pas toujours les codes pour travailler avec un partenaire financier. Il est donc obligé de se spécialiser.

Mais tous les clients sont traités à la même enseigne face aux coûts. Avant tout travail, il doit présenter une lettre de mission, dans laquelle il définira  non seulement l’objet de ses interventions, mais également leur coût.

En ce qui concerne la gestion de l’épargne, ce coût est généralement déterminé par la compagnie d’assurances  ou la banque où les fonds sont détenus. Ce coût varie de 0,80 % à 1,2% de l’encours annuel  des sommes confiées au CGP.

Mais peut-on faire confiance à un CGP ? 

Le CGP n’agit que très rarement pour son compte, à l’exception de ses honoraires, mais dans ce cas il ne peut profiter des rétrocessions versées par les établissements financiers. Jamais il ne vous demandera d’établir un chèque ou un virement à son nom ou au nom de son cabinet. Les sommes seront versées dans un établissement financier compagnie d’assurances ou banques.

Ai-je assez d’argent pour utiliser les services d’un CGP?

La plupart des gens s’imaginent qu’il est indispensable d’avoir une épargne conséquente pour faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine. Est-ce réellement le cas ?

Les dimensions conseil et humain sont primordiales. La question que se posent très souvent les plus jeunes :  Est-ce que suis-je pas trop jeune pour m’adresser à un conseiller financier ?  Bien au contraire, car plus vous commencez jeune dans la prise en charge et la gestion de votre épargne, plus vite vous serez en mesure de vous constituer un patrimoine. Car votre gestionnaire sera longtemps à vos côtés. Au fil du temps il vous connaitra si bien et qu’il sera votre confident.

Pourquoi ?

Parce que la matière patrimoniale (finance, fiscalité, droit, etc) est de plus en plus complexe. Un professionnel peut vous aider à atteindre vos objectifs : gagner plus d’argent avec vos placements, optimiser votre fiscalité, compléter votre retraite, préparer la transmission de vos biens.

Mais ne vous laisser jamais abuser par des mots incompréhensibles  ou faussement savants ou des explications hasardeuses.

Demandez à votre conseiller de respecter ce principe : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire vous viennent aisément » (à défaut changez de conseiller).

Questions que vous vous posez et à nous poser?

Le CGP s’adapte à votre projet. Il vous conseille, peut parfois vous « imposer » des décisions, mais c’est seulement pour vous aider. Il s’adapte à vous et à vos besoins.

Posez vous les bonnes questions. Qu’attendez-vous exactement de votre CGP ? Qui est-il? Ainsi vous pouvez consulter mon profil en cliquant ici. Car il n’y a pas de mauvaises questions, toutes les questions sont faites pour mieux se connaître.

Puis viendra le temps où votre conseiller financier vous posera des questions afin de vous proposer le placement adapté à votre situation : vous devez être en mesure de lui répondre.

Fini de rédiger par Eric AUDRAS le 24mars 2021 pour le journal de kiwinance.com

Eric AUDRAS

Eric AUDRAS

Professionnel des marchés de capitaux et de la gestion de patrimoine. 15 ans d'expérience dans la banque principalement dans les marchés financiers complétée par une solide formation juridique et fiscale en gestion de patrimoine a l'AUREP à Clermont-Ferrand. 6 ans passés à l'étranger à Singapour et Shanghai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *